Cafézoïde, le café culturel des enfants

zoide 1Sur le site du Cafézoïde, on ne trouve pas de Foire Aux Questions, mais une foire aux réponses… C’est plus positif ! On y apprend par exemple que le Cafézoïde est un vrai bistrot, avec son bar et ses petits plats « slow food » à l’heure des repas, mais que le lieu est destiné aux enfants de moins de 16 ans et à leurs familles. Que l’on n’y consomme ni alcool ni cigarettes. Que l’on y trouve des jeux, des spectacles, des expositions, des ateliers, un local « boite à musique » pour les 13-16 ans, un « inventorium » pour inventer la vie à travers des projets individuels ou collectifs, des infos sur les droits des enfants, sur l’actualité ou sur la vie du quartier. Et surtout, on y apprend que le cafézoïde est un lieu de rencontre où chacun peut créer du lien dans une ambiance positive faite d’écoute, de dialogue, d’ouverture et de responsabilisation des enfants. Un exemple ? La « Table pour faire la paix » autour de laquelle sont invités à s’asseoir les protagonistes d’une dispute, avec des adultes, pour exprimer leurs désaccords et trouver une solution. Fondatrice du café en 2002, Anne-Marie Rodenas le définit ainsi : « Un ailleurs pour grandir avec ses pairs où l’enfant est considéré comme une personne, où il peut jouer et découvrir le monde avec l’aide d’adultes bienveillants. C’est un formidable espace de liberté, d’égalité, de tolérance et de poésie éducative ».

Lire la Suite


La Coop qui fait du bien

coop2L’aventure de cette coopérative alimentaire a commencé quand quelques parisiens du quartier de la Goutte d’or se sont demandé ce qu’il y avait dans leurs assiettes : d’où venaient les produits, étaient-ils faits dans le respect des animaux et de l’environnement, pourraient-ils être meilleurs ? La réponse a consisté à se réunir pour créer leur coopérative. Celle-ci s’approvisionne directement chez les producteurs et distribue les produits dans un magasin ouvert exclusivement aux coopérateurs.

Pour un prix inférieur à celui de la grande distribution, on y trouve le fruit du travail d’une cinquantaine de petits producteurs (Ile-de-France, Aveyron, Normandie, Lozère, Charente…), adeptes d’une agriculture bio ou raisonnée et sélectionnés par les coopérateurs eux-mêmes. Environ 200 produits sont vendus dans la boutique de la rue Stephenson : produits de l’élevage, produits laitiers, légumes, fruits, conserves, jus de fruits, huiles etc.

Lire la Suite


Repair café : bricolage solidaire

repair 1Pourquoi jeter des objets qui ne fonctionnent plus alors qu’on pourrait les réparer si un bricoleur se penchait dessus ? Sur cette simple idée, le concept des Repair Cafés, parti d’Amsterdam en 2009, s’est étendu dans toute l’Europe, et même au-delà. Dans les 1095 Repair café du monde, le fonctionnement est le même : on vient avec un objet à réparer (vélo, grille pain, smartphone, vaisselle, vêtement, jouet, meuble…). Sur place, des outils sont à disposition et des bricoleurs bénévoles sont présents pour donner des conseils ou aider à la réparation. Et ça marche : en moyenne, deux tiers du petit électroménager qui constitue l’essentiel des réparations repart en état de marche.

Lire la Suite


Ma Ville a du Talent : créateur de lien culturel

ville 1« Ma Ville a du Talent » est le premier inter-villes des talents pour créer du lien culturel et humain entre les habitants des villes. Dans chaque commune, des castings gratuits sont organisés pour déceler les talents en danse et en chant. Les meilleurs d’entre eux sont ensuite mis en scène dans un grand show également gratuit qui réunit toutes les générations. Pour de nombreux habitants, c’est l’occasion d’avoir la chance de se produire sur la scène de leur commune.

Lire la Suite



L’Accorderie : accorder du temps aux autres, accorder les talents entre eux

accorderieTout simple, le concept est né au Québec à l’aube du XXIe siècle : réunir des hommes et des femmes d’un même quartier pour qu’ils s’échangent des services, chacun dans son domaine de compétence. Avec un triple bénéfice : apporter une aide aux membres (les « accordeurs ») qui en ont besoin, lutter contre la pauvreté et l’exclusion en créant un système d’échanges solidaires en marge du système économique marchand, et favoriser la mixité sociale en permettant à des voisins de ne plus s’ignorer. Apparu en France une dizaine d’années plus tard, en 2011, le concept a pris racine, puisqu’on compte aujourd’hui 22 Accorderies.

Lire la Suite


La Petite Rockette : donnez vos objets inutilisés … ou réparez-les.

lpr1Après quelques déménagements, La Petite Rockette s’installe au 125 rue du Chemin Vert dans le 11 ème arrondissement de Paris. Son objectif : mettre en œuvre des activités qui se veulent citoyennes, solidaires, respectueuses du voisinage, conviviales et ont pour but de resserrer les liens dans le quartier. Et aussi véhiculer les valeurs de tolérance, de solidarité et offrir à chacun les moyens et les occasions de s’exprimer.

Lire la Suite


La Recyclerie, pour recyler les bonnes idées

recyclerieDepuis le printemps 2014, une ancienne gare du chemin de fer de la petite ceinture, dont les lignes faisaient le tour de Paris, a rouvert au public. Avec une nuance de taille : désormais ce ne sont plus des trains qui circulent dans cette gare, mais des idées. L’ancienne salle des pas perdus, la consigne, les bureaux et les quais accueillent divers espaces dont le but commun est de développer et faire connaître de nouvelles pratiques du quotidien « dans un univers qui fait la part belle au low-tech, au tangible, au manuel, à la transmission et à la réappropriation des traditions utiles ». Plus concrètement, la Recyclerie abrite un café-cantine qui promeut une cuisine responsable, des espaces dédiés à l’organisation d’événements ponctuels (brocantes, marchés solidaires etc.), des coins cosy où ont lieu des ateliers pour enfants, une ferme urbaine avec jardin aromatique, potager et poulailler, et un atelier collaboratif où l’on trouve outils et coups de main pour donner un second souffle aux objets  du quotidien. Au bout d’un an d’existence, ce lieu de vie affichait fièrement ses résultats : 418 événements, 172 ateliers, 140 conférences et rencontres, 350 adhérents et 4250 œufs pondus à la ferme urbaine.

Lire la Suite


Aïda : des adolescents contre le cancer

aida 1Comme beaucoup d’associations qui participent à la lutte contre le cancer, Aïda organise des opérations (concerts, courses à pied…) pour collecter des fonds destinés à la recherche. Une action louable et bénéfique.

Mais ce qui distingue Aïda des autres initiatives comparables c’est l’âge de ses 110 bénévoles : entre 14 et 20 ans ! Rien d’étonnant avec une fondatrice qui n’a que 16 ans. Léa Moukanas s’est lancée dans l’aventure associative en 2015, à la suite du décès de sa grand-mère, Aïda, d’une leucémie foudroyante. Mais ce sont les enfants qu’elle a décidé d’aider à travers son association, à laquelle elle a assigné trois objectifs : collecter des fonds, sensibiliser les jeunes à cette maladie qui touche 1 enfant sur 440, et accompagner les enfants malades et leurs familles.

Lire la Suite


Tissons la solidarité

_L0B4649 - copieCréer du lien en récupérant des vêtements d’occasion

Tissons la Solidarité fédère 70 associations d’insertion par l’activité économique. Dans ces structures réparties sur tout le territoire, 1900 femmes qui étaient exclues du marché de l’emploi réapprennent à travailler en récupérant, triant et recyclant des vêtements d’occasion. Chaque année, plus de 10 000 tonnes de vêtements passent entre leurs mains. Trié, lavé, repassé et remis en état, le premier choix est revendu dans des boutiques solidaires, tandis que le second choix est cédé sur d’autres marchés ou recyclé en matière première pour l’industrie.

Lire la Suite



Veni Verdi : l’agriculture Urbaine comme lien social

veni verdiVeni Verdi est une association dont l’objectif est de développer des jardins en milieu urbain. Ils interviennent dans les écoles et les collèges, auprès des habitants dans leurs résidences et développent des projets d’agriculture urbaine. Le cœur de leur action est de promouvoir une agriculture nourricière, participative, sociale, partagée, conviviale, qui crée une activité économique, locale, et du lien entre les générations et les habitants d’un quartier.  Le végétal, la nature, la biodiversité, l’agriculture urbaine  sont une réponse à plusieurs de nos maux « d’humanus urbanus » dont la solitude, le manque de lien et l’isolement.

Lire la Suite


Les Voisins du dessus : le plaisir de chanter

voisinsComposé d’amateurs qui souhaitent pousser la chansonnette, sans sélection, « les voisins du dessus » est une association en forme de choeur qui se produit aussi bien dans la rue que dans les salles prestigieuses.

Son répertoire original, composé en grande majorité de chansons écrites spécialement pour lui par des musiciens professionnels, laisse une large place à l’humour et à la fantaisie, mais sait aussi s’aventurer sur les chemins de l’émotion et du clair-obscur. À chaque concert, les spectateurs apprennent, sous la houlette des choristes, une chanson du répertoire qu’ils interprètent à plusieurs voix ensuite. Jean-Marie Leau, fondateur de l’association et professionnel de la musique, regrettait que l’on ne puisse pas faire de la musique « juste comme ça, pour se faire plaisir, sans la pression de l’exactitude, de la rigueur et de la performance. Pourquoi ce qui existe en sport n’existe pas en musique ? La musique c’est pareil, on peut venir juste pour le plaisir ». Le plaisir d’être avec les autres, c’est l’ADN des Voisins de Dessus.

Lire la Suite


Les Parques, déesses de la cohésion sociale

les parquesTout est bon pour créer du lien

Quand on se place sous le patronage des trois Parques, déesses romaines de la naissance, de la destinée et de la mort, l’ambition ne peut qu’être élevée. C’est le cas de l’association Les Parques, qui a pour projet de favoriser la cohésion sociale par l’échange, la culture et la création. Pour cela, ces Parques modernes tissent de toutes les manières possibles le lien social dans leur quartier, le 13e arrondissement de Paris.

En premier lieu, les Parques, ce sont des ateliers : peinture, vidéo, films d’animation ou encore fabrication de papier et sérigraphie pour les enfants. Tricot, bricolage, cuisine, yoga etc. pour les adultes. Ou encore des propositions plus originales, comme un atelier d’architecture ou un autre de street-art (tenue sale exigée).

Les Parques, c’est aussi une brigade verte, formée de super-héros du quotidien. À travers des actions concrètes –nettoyage urbain, plantations, peinture de jardinières, affichage, street-art, balades botaniques – les habitants du quartier embellissent leur cadre de vie.

Et de n’est pas tout ! Les Parques, c’est aussi un jardin partagé écolo, solidaire et pédagogique, qui va voir le jour au pied des tours de la villa d’Esté ; des expos de créateurs de quartier ; un journal local, le Canard à 13 pattes, écrit par et pour les habitants du quartier…

Lire la Suite


Ciwy : les parisiens vous accueillent

ciwiLe projet : Visiter Paris avec les parisiens, comme un parisien

« Paris est une ville sublime… Dommage qu’il y ait les parisiens ». Un jour, Peggy Banget-Mossaz en a eu assez d’entendre ce cliché, que cette amoureuse de la capitale trouvait profondément injuste. CIWY – pour Can I Welcome You – était née. Cette toute jeune association s’est donnée pour objectif de faire découvrir la ville avec et grâce à ses habitants. Comment ? En organisant des événements où voyageurs et parisiens se rencontrent : apéros dans des bars de quartier, pique-niques sur le Champ de Mars, etc.  Et surtout, en rassemblant une communauté « d’ambassadeurs » de la ville. Des hommes et des femmes de tous âges, depuis les étudiants jusqu’aux séniors, qui ont envie de faire partager à des étrangers de passage leurs adresses, leur quartier, leurs passions… Et qui sont prêts à leur consacrer un peu de temps. Dans un second temps, CIWY envisage d’envoyer ces ambassadeurs bénévoles dans les rues à la rencontre des visiteurs, et de créer une appli sur laquelle seront renseignées leurs meilleures adresses.

Lire la Suite


Groupe SOS : tendre la main à ceux qui en ont le plus besoin

groupe sosTrois associations à l’origine très différentes se sont réunies pour agir à grande échelle contre les exclusions dont sont touchées les populations les plus faibles comme: les personnes atteintes par le sida, les toxicomanes, les jeunes en difficultés sociales, les SDF, les mal logés, les séniors en situation d’isolement ou en détresse sociale et les personnes souffrant de handicap. Le groupe SOS offre des solutions d’hébergement, de soins hospitaliers de qualité, de prise en charge dans des EPHAD, de formation en vue d’une réinsertion professionnelle et de relogement. La formule a pris tant les besoins sont nombreux et réels. Aujourd’hui, le groupe SOS, c’est 14 000 salariés et 350 établissements, il constitue la première entreprise sociale européenne.

Lire la Suite


Respiratio : chanter en choeur entre midi et deux

respiratioÀ l’initiative de l’association Sprezzatura, un programme de choeur improvisé constitué de « qui veut », propose de se retrouver en journée, entre midi et deux, pour chanter. Baptisé « Respiratio », comme une respiration que l’on prendrait pour se ressourcer au milieu d’une journée de travail, ce programme rassemble tout un chacun dans un lieu comme une église, autour d’un professionnel de l’art lyrique et d’un morceau de musique tiré du répertoire classique. Le but : en une heure, arriver à faire chanter en choeur des personnes qui ne se connaissent pas, un morceau du répertoire lyrique qu’ils ne connaissent pas non plus.

Lire la Suite


Compostage : elle est poubelle la vie ?

compostLe projet : se regrouper pour transformer nos déchets en richesse collective

D’abord un chiffre : nos déchets organiques (épluchures, fleurs fanées, restes de pain, marc de café etc.) composent 30 à 40 % du contenu de nos poubelles, soit une centaine de kilos par personne chaque année… En ramenant ce chiffre à la population d’un immeuble collectif, le poids de déchets se compte rapidement en tonnes. D’où l’idée d’installer des composteurs collectifs pour retraiter sur place ces déchets organiques. Premier effet, cela permet de réduire considérablement le volume d’ordures à ramasser, donc les émissions de CO2 liées à la collecte, à l’incinération ou au retraitement. Second bénéfice, les déchets sont transformés en un terreau sain et naturel qui peut être utilisé pour développer des espaces verts ou des jardinières.

Lire la Suite



Les RERS : je t’apprends, tu m’apprends, on se lie

rersLes Réseau d’Echanges Réciproques de Savoirs (RERS) sont nés d’un projet collectif porté par des citoyens et citoyennes, pour que tous les savoirs soient partagés et que toute personne qui accepte de partager ses savoirs accepte aussi d’apprendre des autres. Les RERS consistent en une mise en circulation des savoirs où chaque participant choisit à la fois d’offrir et de demander des savoirs qu’il a construits tout au cours de sa vie professionnelle, personnelle, militante, associative, familiale, etc. Au-delà de l’utilité,  les savoirs peuvent aussi être source de liens entre les personnes.

Lire la Suite


L’usine vivante : une ancienne usine reconvertie en lieu de lien

usineÀ Crest, dans la Drôme,  une fabrique de pièces aéronautiques qui a cessé son activité, a été réinvestie, avec l’accord du propriétaire, par une association qui a vu le jour en 2014  pour créer un tiers lieu accueillant maintenant une vingtaine d’entreprises, d’artisans, un restaurant, une crèche et un espace de co-working de 200m2. L’usine vivante  est un espace de rencontre, un lieu qui rassemble les gens et réuni dans un même espace différentes compétences.

Lire la Suite



« Aider-Initiatives » : hébergement intergénérationel et emplois solidaires

aiderEn Drôme-Ardèche, décliner les liens que l’on peut tisser entre les générations et entre les employeurs et les demandeurs d’emplois, jeunes et/ou précaires en reconversion, c’est du sérieux.

D’abord, le projet vise à mettre en lien des séniors et des plus jeunes. Face à la difficulté d’accès au logement des jeunes en mobilité professionnelle, en insertion ou des salariés saisonniers et au constat d’un manque de lien social Aider-Initiatives innove avec un projet d’habitat partagé.

Lire la Suite


Les Incroyables comestibles : « Aux Bêches citoyens »

comestiblesVenu d’Angleterre, de Todmordem près de Manchester, les « incredible  edible » (en Français « les Incroyables comestibles » ) est un mouvement citoyen qui veut rassembler les hommes et les générations autour de la culture de légumes et de leur distribution gratuite.

Avec un slogan comme « Ce qui appartient à tout le monde, n’appartient à personne », le projet militant est clair.

Lire la Suite


Vergers Urbains : la petite ville dans la prairie

jardinsSe retrouver en plein Paris au milieu de poiriers, pommiers, framboisiers, mûriers, et groseilliers installés dans des jardinières en bord de route, ce n’est pas une lubie de Parisien en mal de verdure, de vergers et de prairies, c’est un projet qui a bel et bien pris racine.

Vergers urbains est une association regroupant des Parisiens ayant pour objectif de rassembler les gens en apportant la nature dans la ville et ce, à travers différentes fonctions : alimentaire, environnementale, (en luttant notamment contre les îlots de chaleur urbains ou en préservant la biodiversité), humaine et pédagogique. Par exemple, en faisant découvrir des arbres fruitiers locaux, comme certaines espèces de pommiers ou de poiriers. Le point pivot de cet élan étant bien l’humain et la mise en lien par le don de temps et de compétences.

Lire la Suite


« Mon p’ti voisinage » : créer du lien avec les voisins

voisinageMon p’ti voisinage est un réseau social local favorisant l’entraide, le troc ou les achats groupés à l’échelle d’un quartier ou d’un village. Le site permet de poster des petites annonces pour des commandes groupées de fioul, du bois, aller courir ou pêcher, alerter les utilisateurs en cas de danger (tempête, inondation), gardes d’animaux, échanges de bons plans, prêt d’outils, jardinage… chacun peut, quel que soit son âge, trouver (ou proposer) le service dont il a besoin. Un réseau de proximité très malin qui met les habitants d’un même quartier, d’une même rue en contact pour créer du lien à travers des services que l’on peut se rendre.

Lire la Suite


Cyclofficine, pharmaciens militants du vélo

cycloLe projet : permettre à chacun de réparer son vélo

Tous les cyclistes parisiens ont un jour pesté devant la difficulté de faire réparer leur vélo… Et beaucoup ont fini par abandonner leur engin inutilisable au fond d’une cave. Partant de ce constat un groupe de militants de la « vélorution » a décidé, en 2010 de créer des « cyclofficines ». Dans ces ateliers participatifs, chacun peut venir avec son vélo et apprendre à le réparer lui-même grâce à l’aide des mécaniciens de l’association, toujours présents pour un conseil ou un coup de main. On trouve sur place l’ensemble des pièces nécessaires, y compris de nombreuses pièces de récupération difficiles à trouver dans le commerce, qui permettent d’entretenir et de remettre en état les vélos pour un prix modique.

Lire la Suite


S’habiller griffé au prix d’un basique

bisLe Projet : un atelier d’insertion qui trie, recycle et vend des vêtements haut de gamme

À première vue c’est une boutique typique du Marais, le quartier branché aux marges duquel elle se trouve : vitrine design dans laquelle quelques pièces sont savamment mises en valeur, présentation intérieure sobre et dépouillée. Il faut entrer et se pencher sur les portants pour voir la spécificité de BIS. Ici, tous les vêtements sont des articles de seconde main. Récupérés à Paris, triés, lavés, repassés et vendus à un prix défiant toute concurrence. Loin d’être une friperie, BIS se distingue par le soin mis à sélectionner les plus belles pièces parmi les 300 000 vêtements récupérés chaque année dans la capitale par le Secours Catholique. Vêtements de marque ou de créateurs, tissus de qualité, accessoires griffés… Les portants et les étagères de BIS, réapprovisionnés tous les jours, regorgent de bonnes affaires.

Lire la Suite


Biglib, la plus grande bibliothèque gratuite du monde

biglibLe projet : échangez vos livres près de chez vous

Vous en avez marre de passer chaque jour devant les rayons de votre bibliothèque, pleine de livres que vous ne lirez plus et qui encombrent vos étagères ? Biglib est fait pour vous. Cette plateforme collaborative est un lieu de don de livres. Une fois inscrit vous pouvez y proposer les livres dont vous n’avez plus l’usage. Si un internaute est intéressé, l’échange se fait de la main à la main, Biglib favorisant les échanges en chair et en os. Si la distance est trop importante, le bénéficiaire envoie une enveloppe timbrée où vous n’avez plus qu’à glisser le livre. Et comme une bonne idée se décline, ça marche aussi avec les CD ou les DVD.

Lire la Suite


Siga-Siga, le magasin où tout est gratuit

sigaLe Projet : créer la première boutique sans argent de Paris

Une boutique sans argent… Voilà une utopie bien concrète qui fonctionne depuis juin 2015 dans le 12e arrondissement. Au Siga-Siga, magasin gratuit, on entre, on choisit et on repart avec l’objet dont on a besoin. Dans les rayons, du petit électro-ménager, des vêtements, de la vaisselle, des DVD, des livres qui ont été mis à disposition par d’autres clients. « Ce n’est pas du troc » insiste la directrice de la boutique, Debora Fisckandl, « on peut prendre sans donner, les deux actes ne sont pas liés. Ce qui importe c’est qu’on ait l’usage de l’objet que l’on prend ». Plutôt hétéroclite, la clientèle de la boutique sans argent va des jeunes couples bobo qui se fournissent en vêtements pour enfants aux familles en précarité. Aucune condition de ressource ou d’inscription n’est nécessaire pour devenir client.

Lire la Suite


Café « suspendu », petit geste solidaire

caféLe projet : offrir un café à un inconnu

L’idée à germé à Naples après la seconde guerre mondiale. En prenant leur « ristretto » ou leur « macchiato » au comptoir de leur café préféré, les napolitains ont pris l’habitude d’en commander un second « sospeso », suspendu en Italien. Le ticket de ce second café est accroché par le barman à un clou, « suspendu » en attendant un client qui le réclamera. Petit geste  de générosité ouverte, cette pratique permet à ceux qui n’en auraient pas les moyens de fréquenter les lieux de socialisation que sont les cafés.

Lire la Suite


« Lulu dans ma rue », la conciergerie de quartier qui fait du lien au coin de la rue

luluIdée simple et brillante, pour tous les petits services du quotidien, pourquoi ne pas faire appel aux talents et bonnes volontés de son quartier plutôt qu’à un anonyme du bottin. Porter son pack d’eau, récupérer des habits au pressing, bricoler, garder les enfants… et si la solution était au coin de ma rue. Lulu dans ma rue réinvente le lien et le service de proximité.

Mettre en relation des personnes tracassées par les tâches du quotidien comme aller chercher un colis, sortir le chien, récupérer des habits au pressing, garder les enfants, faire du bricolage, etc., avec des personnes de bonnes volonté, fiables, débrouillardes et libres, voici la promesse de la nouvelle forme de conciergerie de quartier, Lulu dans ma rue.

Lire la Suite